Le Site de Béatrice et Gilles BATAILLE-WINTERHALTER
| |
 
 
@ Familles d'Obersaasheim
@ Famille Winterhalter

@ Famille Wiss

@ Famille Bataille
@ Famille Riedinger
 
 
@ Le village d'Obersaasheim

Commune

Habitants

Militaires et sapeurs pompiers

Eglise

@ Le canton de Neuf-Brisach
Etats de personnes
Mariages de l'An7 et l'An 8
Enfants de la Patrie
Monuments aux Morts
Villes et villages
@ Le canton de Ensisheim
Dépôt de mendicité et liste des femmes de mauvaise vie
Création de Rustenhart
@ Le canton de Guebwiller
Famille Rothe
@ Le canton de Munster
Procès Fleig
Accident à Breitenbach
@ Autres ...
Suicide à Porrentruy
 
 
@ Evêchés
@ Généalogie à l'étranger
@ Les sociétés d'histoire
 
@ Pages d'histoire à Obersaasheim
@ Le calendrier
@ Les mariages des Ans 7 et 8 du canton de Neuf-Brisach
@ Le patronyme
@ Le Sergent Hoff
@ Les mariages des Ans 7 et 8 du canton de Soultz
@ Publications CODAM

CITATIONS :

Bossuet, dans " Politique de l'écriture sainte " :

" Dieu veut qu'on conserve le souvenir des origines communes si éloignées qu'elles soient, et qu'il en dérive des obligations particulières ; il veut que les hommes respectent toutes les liaisons du sang."

Fustel de Coulanges :

"Le véritable patriotisme n'est pas l'amour du sol, c'est l'amour du passé, c'est le respect pour les générations qui nous ont précédées."

 

HISTOIRE EXTRAORDINAIRE ...

Monsieur de Ministre de la Défense Nationale

Permettez-moi de prendre la respectueuse liberté de vous exposer ce qui suit, et de solliciter de votre bienveillance l'appui nécessaire pour obtenir une démobilisation rapide.

Je suis sursitaire, âgé de 24 ans, et je suis marié à une veuve de 44 ans, laquelle a une fille qui en a 25. Mon père a épousé cette fille. A cette heure mon père est donc devenu mon gendre, puisqu'il a épousé ma fille. De ce fait, ma belle-fille est devenu ma belle-mère puisqu'elle est la femme de mon père. Ma femme et moi avons eu en janvier dernier un fils. Cet enfant est donc devenu le frère de la femme de mon père, donc le beau-frère de mon père. En conséquence, mon oncle.

La femme de mon père a eu à Noël un garçon qui est à la fois mon frère, puisqu'il est le fils de mon père, et mon petit-fils, puisqu'il est le fils de la fille de ma femme. Je suis ainsi le frère de mon petit-fils, et comme le mari de la mère d'une personne est le père de celle-ci, il s'avère que je suis le père de ma femme et le frère de mon fils. Je suis donc mon propre grand-père.

De ce fait, Monsieur le Ministre, ayez l'obligence de bien vouloir me renvoyer dans mes foyers, car la loi interdit que le père, le fils et le petit-fils soient mobilisés en même temps.

Dans la croyance de votre compréhension, veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Lettre envoyée par un alsacien de Marlenheim - Parue dans l'Echo de l'Oranie N° 14

DERNIERES MISES A JOUR :

PUBLICATIONS :

  • La Guerre de Frédéric Achard
  • Les Légendes du Florival

HISTOIRE LOCALE :

  • Famille Rothe
  • Canton de Guebwiller : plan, Mordfeld, Murbach, Saint Gangolf, Lac du Ballon, Notre Dame, Saint Léger
  • Canton de Ensisheim : création de Rustenhart

DOSSIERS :

  • L'âge de la Majorité
  • Les vétérans Haut-Rhinois

AUTRES :

  • PPS divers

 

LIEN

 

 

 
 
LEGENDES D'ALSACE
@ L'histoire du Kougelhof
@ Superstition : le fer à cheval
@ Le Munster
THEMES DIVERS
@ Histoire du Mariage
@ L'âge de la Majorité
@ Les prénoms (origine latine)
@ Le Sütterlin
ETATS DE PERSONNES OU DE LIEUX
@ Surveillance des prêtres pendant la révolution - Canton de Colmar
@ Les guillotinés d'Alsace et des Vosges
@ Le nauffrage de la Sémillante - Les disparus Haut-Rhinois
@ Les léproseries - Lieux dans le Haut-Rhin
@ Les noms inscrits sur l'Arc de Triomphe
@ Immigrants pour l'Amérique du Nord
@ Alsaciens combattants pour la guerre d'indépendance des Etats-Unis
@ Quelques vétérans Haut-Rhinois
DOSSIERS DIVERS
@ Fausses Monnaies ... Vrais jetons publicitaires
@ Histoire de la monnaie
@ Rois, Empereurs et Présidents qui ont gouverné la France
@ Les épouses des gouvernants en France
@ Tortures et supplices
@ Liste des anciens diocèses au Moyen-Âge
RELIGION
@ Les Apôtres de Jésus
@ Liste des Papes
@ Le tombeau de Talpiot
 

Quelques PPS d'histoire ou de détente ! Cliquez sur le point d'exclamation pour ouvrir le fichier. Cliquez en bas à droite sur DIAPORAMA une fois la page affichée.

@ Albrecht Durer
@ Ancien Tram de Strasbourg
@ Archives de Lorraine
@ Ces photos qui font l'histoire
@ Histoire du vin
@ Le saviez vous ...
@ Les premiers pas de la télé
@ Mathématiques sympas
@ Notre Alsace en guerre
@ Photos fantastiques
@ Pour notre culture
@ Spécial chiffres
@ Tour de France à l'ancienne
@ Vieilles Photos de l'histoire
@ Voitures anciennes ... déjà ...

 

 
 
LE SAVIEZ VOUS ?

Le nom de ville le plus long : entre Londres et Holyhead (port de transit pour la Finlande), il y a une gare en abordant l'île d'Anglesey, apprès le franchissement du détroit de Menai sur le Britania Tubular Bridge.

Cette gare s'appelle : " LLANFAIRPWLLGWYNGYLLGOGERYCHWYRNDROBWLLLLANTYSILIOGOGOCH ", soit 58 lettres dont 41 consonnes.

Sa traduction : " Eglise de Sainte Marie dans un vallon de blancs noisetiers près d'un rapide tourbillon près de l'église de Saint Tynlio et d'une caverne rouge ".

Sources : La vie du Rail n°194 du 11/04/1949 et n° 859 du 26/08/1962.

Cousins ? 10ème génération = 512 ancêtres, 20ème 524288, 30ème 500millions ... , 36ème jusqu'à Charlemagne, soit au 37ème degré 4 milliards d'ascendants, d'où l'idée que tous descendent de Charlemagne!

Le centre National de la Recherche Scientifique et l'Institut d'Etudes Démographiques ont réalisé un calcul compte-tenu du peuplement, de la répartition de la population, des migrations, des épidémies, des invasions, des guerres, etc, pour arriver à la conclusion qu'il faut appliquer un coefficient dégressif de 0,8 à partir de la 8ème génération pour obtenir un chiffre raisonnable à la 37ème, avec beaucoup de réserve, compte-tenu des mésalliances, des filles-mères et des implexes obligatoires ! Sources : Guide des recherches généalogiques aux Archives Nationales (1953) :

Petite histoire de l'écartement des rails ... Pourquoi la distance standard entre 2 rails de chemin de fer au Canada est-elle de 4 pieds et 8 pouces et demi (1,435m) ? Parce que les chemins de fer canadiens ont été construits sur le même modèle que les chemins de fer des Etats-Unis pour faciliter le transport des marchandises d'un pays à l'autre.

Alors, la seconde question est : pourquoi les chemins de fer des Etats-Unis ont-ils été construits avec un écartement de 4 pieds et 8 pouces et demi ? Parce qu'ils ont été construits de la même façon qu'en Angleterre, par des ingénieurs anglais expatriés, qui ont pensé que c'était une bonne idée car ça permettait d'utiliser des locomotives anglaises sur les voies ferrées américaines.

Donc, reformulons la question: pourquoi les anglais ont-ils construit leurs chemins de fer comme ça ? Parce que les premières lignes de chemin de fer furent en fait construites par les mêmes ingénieurs qui construisirent les tramways, et que cet écartement était alors utilisé pour les tramways. Mais alors, pourquoi ont-ils utilisé cet écartement pour les tramways ? Parce que les premières personnes qui construisaient les tramways étaient les mêmes qui construisaient les chariots et qu'ils ont utilisé les mêmes méthodes et les mêmes outils.

OK, mais pourquoi les chariots avaient-ils un écartement de 4 pieds et 8 pouces et demi ? Parce que partout en Europe et en Angleterre, les routes avaient déjà des ornières (traces bien définies dans le sol) espacées de cette façon et un espacement différent aurait causé la rupture de l'essieu du chariot en circulant sur ces routes.

Et pourquoi ces routes présentaient-elles des ornières ainsi espacées ? En fait, les premières grandes routes en Europe ont été construites par l'empire romain pour accélérer le déploiement des légions romaines. Oui, mais pourquoi les romains ont-ils retenu cette espacement ? Parce que les premiers chariots étaient des chariots de guerre romains. Ils étaient tirés par deux chevaux. Ces chevaux galopaient côte à côte et devaient être suffisamment espacés pour ne pas se gêner. Afin d'assurer une meilleure stabilité du chariot, les roues ne devaient pas se trouver dans la continuité des empreintes de sabots laissées par les chevaux, et ne pas non plus se trouver trop espacées et dépasser de chaque côté du chariot, ce qui aurait pu causer un accident lors du croisement de deux chariots.

Ainsi donc, l'espacement des rails au Canada (4 pieds et 8 pouces1/2) s'explique par le fait que, 2000 ans auparavant, sur un autre continent, les chariots romains étaient construits en fonction de la dimension de l'arrière-train moyen des chevaux de guerre !!!!!

Suite intéressante à cette histoire Quand nous regardons la navette spatiale américaine sur sa plate-forme de lancement, nous pouvons remarquer les deux réservoirs additionnels attachés au réservoir principal. La société qui fabrique ces réservoirs est située dans l'UTAH... Les ingénieurs qui les ont conçus auraient aimé les faire un peu plus larges, mais ces réservoirs devaient être expédiés par train jusqu'au site de lancement. La ligne de chemin de fer entre l'usine et Cap Canaveral emprunte un tunnel sous les montagnes rocheuses. Les réservoirs additionnels devaient pouvoir passer dans ce tunnel. Le tunnel est légèrement plus large que la voie de chemin de fer, et la voie de chemin de fer est à peu près aussi large que deux arrière-trains de chevaux ....

Conclusion : Lors de la construction de la navette spatiale américaine, que l'on peut considérer comme le moyen de transport le plus sophistiqué de notre planète, les ingénieurs devaient respecter la contrainte d'une conception vieille de 2000 ans, qui était la largeur du cul de deux chevaux côte à côte !!!! CQFD (OUF !!!)

Immigration en Algérie au XIXème siècle : une famille alsacienne s'en est allée tenter sa chance en Algérie, comme bien d'autres l'ont fait. Arrivez à l'emplacement qui leur avait été attribué, il y avait tout à faire ... comme donner un nom à l'endroit où se ferait désormais leur vie. Très attachés à leur Alsace natale, il décidèrent, avec beaucoup d'humour d'appeler ce lieu BIB EL AKES ... Vous aurez compris l'allusion phonétique au " BIBALAKAS ", rectte gourmande alsacienne (fromage blanc, crème fraiche, oignons, ciboulette et sel). Source : Yves Muller

God Save The Queen : Tout commence en janvier 1686, Louis XIV tombe subitement malade. Il semble qu'il se soit piqué en s'asseyant sur une plume des coussins qui garnissaient son carrosse déclenchant un abcès à l'anus, qu'il aurait fallu immédiatement inciser pour éviter que la blessure ne s'infecte. Mais les médecins du roi, épouvantés à l'idée de porter la main sur le fondement de la monarchie - si j'ose m'exprimer ainsi - optèrent pour des médecines douces, type onguents.

Ces méthodes ne donnèrent aucun résultat. Tout cela dura près de 4 mois et les douleurs royales ne cessaient pas ! Brusquement, vers le 15 mai, les chirurgiens, verts de peur, soupçonnèrent l'existence d'une fistule. Ce fut l'affolement général. Finalement, le 1er chirurgien FELIX de TASSY (appelé simplement FELIX) décide d'inciser et "invente" un petit couteau spécial, véritable pièce d'orfèvrerie dont la lame était recouverte d'une chape d'argent. Mais il fallut encore 5 mois pour fabriquer ce petit bijou... L'opération eut lieu le 17 novembre - sans anesthésie !!! - Il faudra encore 2 autres incisions (la plaie ayant du mal à se refermer pour cicatriser) pour qu'enfin à la Noël 1686, on puisse déclarer le roi était définitivement sorti d'affaire... et mettre fin aux rumeurs qui, à l'étranger, se propageaient disant que Louis XIV était à l'agonie.

Dès l'heureuse issue de l'intervention connue, des prières furent dites dans le royaume et les dames de Saint Cyr (création de Mme de MAINTENON devenue épouse morganatique) décidèrent de composer un cantique pour célébrer la guérison du roi. La supérieure, Mme de BRINON (nièce de Mme de Maintenon) écrivit alors quelques vers assez anodins - on est loin de Paul VALERY ou Charles PEGUY - qu'elle donna à mettre en musique à LULLI :

Grand Dieu sauve le roi ! - Longs jours à notre roi ! - Vive le roi . - A lui victoire, - Bonheur et gloire ! - Qu'il ait un règne heureux - Et l'appui des cieux !

Les demoiselles de Saint Cyr prirent l'habitude de chanter ce petit cantique de circonstance chaque fois que le roi venait visiter leur école. C'est ainsi qu'un jour de 1714, le compositeur HAENDEL, de passage à Versailles, entendit ce cantique qu'il trouva si beau qu' il en nota aussitôt les paroles et la musique. Après quoi, il se rendit à Londres où il demanda à un clergyman nommé CARREY de lui traduire le petit couplet de Mme de BRINON. Le brave prêtre s'exécuta sur le champ et écrivit ces paroles qui allaient faire le tour du monde :

God save our gracious King - Long life our noble King - God save the King! - Send him victorious - Happy and glorious - Long to reign over us, - God save the King !

Haendel remercia et s'en fut immédiatement à la cour où il offrit au roi - comme étant son oeuvre - le cantique des demoiselles de Saint Cyr. Très flatté, George 1er félicita le compositeur et déclara que, dorénavant, le God save the King serait exécuté lors des cérémonies officielles. Et c'est ainsi que cet hymne, qui nous parait profondément britannique, est né de la collaboration : d'une Française (Mme de BRINON), d'un Italien (LULLI), d'un Anglais (CARREY) , d'un Allemand HAENDEL naturalisé britannique et ... d'un entre-fesses Français, celui de sa Majesté Louis XIV.

Un hymne européen en fait… A quoi tiennent les choses: Si Louis XIV ne s'était pas mis, par mégarde, une plume dans le derrière, quel serait aujourd'hui l'hymne britannique ?

LA DICTEE :

Monsieur Lamère a épousé Mademoiselle Lepère. De ce mariage, est né un  fils aux yeux pers.
Monsieur est le père,  Madame est la mère. Les deux font la paire. Le père, quoique père, est resté  Lamère, mais la mère, avant d'être Lamère était Lepère.
Le père  est donc le père sans être Lepère, puisqu'il est Lamère et la mère est Lamère,  bien que née Lepère. Aucun des deux n'est maire. N'étant ni le maire ni la  mère, le père ne commet donc pas d'impair en signant Lamère.
Le  fils aux yeux pers de Lepère deviendra maire. Il sera le maire Lamère, aux  yeux pers, fils de Monsieur Lamère, son père, et de Mademoiselle Lepère, sa  mère.
La mère du maire meurt et Lamère, père du maire, la  perd.  Aux obsèques, le père de la mère du maire, le grand-père Lepère,  vient du bord de mer et marche de pair avec le maire Lamère, son petit-fils.

Les amis du maire, venus pour la mère, cherchent les Lamère, ne trouvent que  le maire et Lepère, père de la mère du maire, venu de la mer, et chacun s'y  perd !

NOS AUTRES PASSIONS :

L'HISTOIRE - LES OPTANTS ET 1870
LA VIGNE NOTRE ANCIEN METIER
DANSE ET MUSIQUE COUNTRY
DANSE EN FAUTEUIL ROULANT